Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 janvier 2016 5 15 /01 /janvier /2016 23:53

Une année commence,

Dehors sur le froid glacial,

Plusieurs rayons dansent.

 

 

 

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Haïkus
commenter cet article
3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 16:53

Pulsion d'impuissance,

Crachant l'éternel en vain,

Qui veut voir couler le sang.

 

Provoque colère,

Notre humain passager noir,

Qui veut voir couler le sang.

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Sedôkas
commenter cet article
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 12:04

Quand l’automne arrive,

Jaune et rouge se rencontrent,

En un flamboyant orange.

Les-couleurs-de-l-automne---Rouge--orange--jaune.jpg

Le vert de l’été,

Moins arrosé de soleil,

Boudera jusqu’au printemps.

 

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Sedôkas
commenter cet article
2 novembre 2015 1 02 /11 /novembre /2015 00:43

Le long de mon retour, mots ne font que danser,

A ce que tu m’as dit, je ne peux que penser,

Manège omnipotent avec l’âme en émoi,

O poids sur l’estomac, j’ai faim de toi et moi,

Utilisons-le «-nous », à partir de ce jour,

Régnera le bonheur ; notre icône d’amour.

 

Déceptions en chemin, adultérine ou pas,

Economie de mots, poussant vers le trépas,

Chaînes que nous trainons, sans voir celles de l’autre,

Où des petits tracas, nous sommes les apôtres,

Indignés par défauts, qu’avant nous embrassions,

Teigneux et impatients, nous devenons des pions.

 

Or, quand le destin frappe et t’enlève de terre,

Un espoir mort de plus, je ne peux que me taire.

 

  Prisonnier de la peur, avec des maux qui pansent,

Aux portes de la fin, vision de l’évidence,

Sait mais tardivement, qui était son essence…

 

Repost 0
Published by sousmarin - dans Acrostiches Alexandrins
commenter cet article
19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 09:57

-          Un enterrement montre les individus tels qu’ils sont.

-          Pourquoi tu dis cela, Emma ?

-          Parce que cela symbolise notre précarité. Un être que nous avons connu a vécu, il s’est manifesté à notre regard. Il emmagasinait un nombre considérable d’émotions, d’expériences et de capacités et là, en une fraction de seconde, son âme a disparu, son passé s’est évaporé et son avenir n’existe plus pfffft…

-          Ben, certains te diront que rien n’a disparu.

-          Connerie.

-          Tu sais, ce qui fait la valeur de la vie c’est aussi sa perte.

-          Ah oui…et si je mourrais demain, tu tiendrais toujours le même discours.

 

L’homme blêmit et quitta son air pontifiant.

-          Tu as eu des nouvelles de l’hôpital ?

-          Je vois que tu as quelques difficultés à harmoniser idées et réalités, dit-elle en souriant.

Reprenant un air sérieux, elle ajouta que le problème n’était pas l’hôpital mais leur couple et méthodiquement elle se mit à détruire son amant, à frapper là où ça fait mal…de plus en plus fort. Son travail de sape fini, elle quitta la table et sans même un salut, partit.

 

Emma rentra chez elle et s’endormit douillettement, soulagée et sans l’ombre d’un regret.

Sur la table trônait un papier où, dans des termes médicaux soigneusement choisis, l’hôpital lui annonçait que son enterrement aurait lieu dans les 6 mois.

 

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Contes
commenter cet article
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 10:01

Jamais il ne frappe,

Sur un ciel ensoleillé,

Mais en plein orage.

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Senryus
commenter cet article
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 12:39

Au milieu des vaches,

L'arbre émergeant tout en force,

N'est qu'une bouchée.

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Haïkus
commenter cet article
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 16:57

Une puanteur règne et le bruit assourdit,

Le râle régulier du sombre train ourdit,

A vous faire oublier le reste de raison,

Que vous laisse la soif, la primaire oraison.

 

L’insidieuse faim bien plus lentement casse,

Signant un peu partout sa sombre dédicace,

Chaque vivant serré voit la mort qui persiste,

Quand un regret pourrit, un autre espoir résiste.

 

La finale arrivée éteint l’humanité,

De celui qui défend l’horrible insanité,

Violents coups de crosse et lèvres retroussées,

De gardiens survoltés, leurs libidos poussées.

 

Des clones, noir vêtus, imposent leur avis,

Dans l’enfer sont exclus tous les enfants ravis,

A leurs parents inquiets, impuissants à humer,

Cet instant redouté : quand tout part en fumée !

 

Repost 0
Published by sousmarin - dans Alexandrins
commenter cet article
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 10:23

Prince des libéraux de la cambriole,
Toi qui eus le bon goût d’étaler ta maison,
Jusqu’à ce que l’on colporte tes gaudrioles,
En ton honneur j'ai composé cette chanson.


Sache que j'apprécie à sa valeur le geste,
Qui te fit fermer la porte en arrivant,
De peur que l’étranger n'apportasse la peste,
Des voleurs comme il faut c'est rare de ce temps.


Au peuple, tu laisseras que strict nécessaire,
Des boulots précaires leur quotidien sera,
Pour que nous profitions de ce que tu nous sers,
Quel investissement mon salaud tu feras.


Autre signe indiquant toute absence de tare,
Respectueux du gros capitaliste tu n'as,
Pas donné aux pauvres à Neuilly moindre are,
Solidarité sainte du profitanat.


Pour toutes ces raisons vois-tu, je t’élirai,
Sans arrière-pensée après mûr examen,
Ce que tu veux, petit, je te le donnerai,
Ça pouvait pas tomber en de meilleures mains.


D'ailleurs moi qui te parle, avec mes maisonnettes,
Si je n'avais pas dû hériter du succès,
J'aurais tout comme toi, su virer malhonnête,
Je serais devenu ton complice, qui sait ?


En vendant l’image, prends garde au marchandage,
Ne vas pas lâcher vérité aux journalistes,
Tiens leur la dragée haute en évoquant l'adage,
Qui dit que celui qui paie tient à jour la liste.


Fort de ce que je n'ai pas voté la Royal,
Tu es tenu quand je te siffle de venir,
Ta moindre compassion tuerait le loyal,
Reste je t'en prie l’égoïste souvenir.


Président, mon ami, que ton mal me profite,
Que Mercure te préserve de la bonté,
Et pas trop de remords, d'ailleurs nous sommes quittes,
Ne te dois-je pas ma fortune à compter.


Post-scriptum, si le vol est l'art que tu préfères,
Ta seule vocation, ton unique talent,
Prends donc pignon sur rue, mets-toi dans les affaires,
Et tu auras toujours tes flics comme chalands.

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Poèmes parodiques
commenter cet article
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 11:41

Toujours à l'Olympe,

De mes douces rêveries,

Il n'a pas d'idem.

Lui qui déguste mon coeur,

Dans notre jardin d'Eden !

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Tankas
commenter cet article

Présentation

  • : Ballade poétique - Blog de poésie
  • Ballade poétique - Blog de poésie
  • : La poésie est une promesse d’émotions dont je vous propose un aperçu dans mon blog accessible à tous où, en tant que poète amateur passionné, je partage mes créations. Vous y trouverez tout type de poème (classique ou moderne) : sonnet et alexandrin avec ou sans hémistiche, acrostiche, haïku, tanka, ode, triolet, pantoum, poème parodique et d’autres, que je vous laisse découvrir ainsi que des contes poétiques, des nouvelles et mes écrivains favoris. Bonne ballade poétique au pays des rimes.
  • Contact

Recherche