Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 00:01

C’est au coin du feu,

Que son corps se fend, puis s’ouvre,

En s’offrant brûlant !

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Senryus
commenter cet article
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 00:01

Etre dans la lune,

Tout en restant sur la terre,

N’est pas impossible !

 ------

Ronde ou en quartier,

Elle joue avec nos mers,

Nous éclaire ou non.

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Haïkus
commenter cet article
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 13:30

Un homme sur son banc, assis là l’air hagard,

De son âme exposée, une larme s’écoule,

Quel amour pleure t-il, quel accident le coule,

Je ne sais rien de lui, je reçois son regard.

 

Pendant un certain temps, il se souvient d’avant,

Un sourire paraît, son étoile secrète,

Puis au coin de son œil, venin puissant sécrète,

La goutte d’eau salée, apparaît bien souvent.

 

D’un seul coup il se lève, un cœur lourd sur son dos,

Courbé, à petits pas, sa douleur contenue,

Doucement il s’en va, sa peine mise nue,

Voyeur, je le regarde, inventant son fardeau.

 

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Alexandrins
commenter cet article
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 00:01

Le pied bien planté,

Un grain se dore au soleil,

Attendant la presse.

 

 ------

 

Raisin écrasé,

Presse avec modération,

Centre du plaisir.

 

 ------

 

Terre avec soleil,

Sur coteau bien exposé,

Donne jus à boire.

 

 

 

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Haïkus
commenter cet article
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 00:01

Journée finissant,

De l’eau se pose sur fleurs,

Sans passer au ciel.

 ------

L’abeille assoiffée,

Sous le regard de la lune,

Se boit un miracle.

 

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Haïkus
commenter cet article
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 00:01

Préparant son nid,

Lui, boulimique en automne,

Peut se mettre en boule !

 

 ------

 

Lorsque feuilles tombent,

Il les ramasse et s’empiffre,

Oubliant voiture.

 

------

 

Ce bon jardinier,

Travaille sans pesticide,

Sous peine de mort !

 

 

 

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Haïkus
commenter cet article
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 12:00

Nous devons nous méfier de nos beaux idéaux,

Qui s’effritent souvent à l’épreuve des faits,

Ils sont fiers dans l’attente et si vite défaits,

Quand chaque vie impose, à tous, ses rodéos.

 

Pure rime toujours avec faible mémoire,

Qui nous impose alors sa maigre conscience,

Morale du moment n’est pas une science,

Et colère qui sort ne vide pas l’armoire.

 

Pulsion et névrose en nous s’installeront,

Surtout si notre ego tourne toujours en rond,

Altruisme et bonheur seront la bonne alliance,

Quand réussite en tout ne sera plus avoir. 

 

Y rajouter un dieu n’apporte aucune aisance,

Si nous réalisons qu’être n’est pas se voir !

 

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Sonnets
commenter cet article
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 00:01

Appelant caresses,

Ta rondeur gorgée de jus :

L’été pour ma pomme !

 

  -------- 

 

Pépins sans ennui

En quartier, même à râper,

A boire et à cuire.

 

-------- 

 

Je tombe dedans,

Quand je me mange une tarte,

La pomme bien cuite.

 

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Haïkus
commenter cet article
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 00:01

Sous mes vêtements,

Lors de la rentrée scolaire,

Plein d’aplomb timide.

 

-----

 

Plus que trois cent jours,

Dans la cour des brouhahas,

Avant les vacances.

 

-----

 

Nouveaux professeurs,

Mon regard par la fenêtre,

Un arbre qui pleure.

 

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Haïkus
commenter cet article
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 23:58

Paul était si sérieux à dix-sept ans que son père, militaire de carrière – capitaine d’infanterie pour être exact – en concevait quelques craintes…

Jamais il ne l’exprima à voix haute mais une question le taraudait fréquemment : son fils pourrait-il être homosexuel ?

Il ne connut jamais la réponse à cette question  car sa vie s’acheva brutalement le 20 octobre 1992. Normal pour un militaire me direz-vous mais la cause en fut pour le moins singulière ! En allant voir un nouveau film d’action au cinéma – Une saison en enfer – il s’endormit et mourut étouffé par son képi. Non, non, je ne plaisante pas…et si vous vous voulez vraiment tout savoir, c’est son secret qui l’a tué. Quel secret ? Je ne sais si je puis…bon d’accord, approchez vous un peu…les films d’action l’ennuyaient à mourir…mais bon un militaire vous comprenez, image oblige…

 

Cette fin originale eut pour effet de pousser Paul dans un travail acharné. Il terminait premier en tout et sa mère, pleine de fierté, compensait le ridicule de la mort de son mari grâce à son aîné prodige. Bien sûr, la jumelle dizygote de ce dernier, benjamine de quelques minutes, dépareillait dans le tableau ; préférant drogues et fêtes à l’étude,  elle était le « cancer » de sa mère.

Cancer qui finit par atteindre son bien-aimé fils puisque le 10 novembre, jour funeste par excellence, elle transmit le Sida à son frère. Nul ne doute que son père, obsédé par l’homosexualité, en aurait déduit l’inverse mais ce fut Christine, sa fille, qui, oubliant une seringue usagée dans le lit de son frère, provoqua le drame. Elle mourut quelques jours plus tard, le 18 décembre, d’une overdose dont on ne saura jamais si elle fut volontaire ou non.

Devant cette avalanche de drames, Paul prit une décision : il sera peintre.  Il dessinera les maux de la vie en donnant des couleurs aux voyelles ; il écrira ses tableaux ! Il était doué, la technique lui fut donc facile à acquérir mais il hésita longtemps entre impressionnisme et abstrait avant de faire son choix qui fut, comme vous le savez tous ici, particulièrement judicieux. Rappelez-vous son premier tableau représentant le « le noir corset velu des mouches » ou encore celui des deux trous si rouges…

 

Et quand sa mère, excédée par tant de lucidité (inutile de dire qu’elle ne le vit pas ainsi à l’époque), finit par lui dire :

-          Mais Paul, on n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans !

Il répondit :

-          C’est vrai maman, mais demain j’en aurai dix-huit !

Et il partit, dès le lendemain, avec palettes, toiles, pinceaux et peintures, en Inde, pays coloré par excellence.

Intransigeant, il peignit inlassablement pendant trois ans puis, n’ayant plus rien à dire, il voyagea partout. Je vous conterais bien quelques anecdotes croustillantes mais je n’en ai ni le temps ni vraiment l’envie…sachez seulement qu’il mena la vie dure à sa maladie, ne s’arrêtant qu’harassé de fatigue !

Il l’ignora aussi longtemps qu’il put ; elle le rattrapa il y a quelques jours, le 10 novembre2011, fêtant bien tristement sa venue en lui.

 

 Il fut un grand peintre et un merveilleux ami. En tant que meilleur ami du défunt, je voudrais finir l’éloge de Paul, mort bien trop jeune dans sa 37ème année, en le conjurant d’emmener avec lui sa palette pour repeindre le ciel qui en a bien besoin.

Salut Paul et à bientôt, peut être…

 

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Contes
commenter cet article

Présentation

  • : Ballade poétique - Blog de poésie
  • Ballade poétique - Blog de poésie
  • : La poésie est une promesse d’émotions dont je vous propose un aperçu dans mon blog accessible à tous où, en tant que poète amateur passionné, je partage mes créations. Vous y trouverez tout type de poème (classique ou moderne) : sonnet et alexandrin avec ou sans hémistiche, acrostiche, haïku, tanka, ode, triolet, pantoum, poème parodique et d’autres, que je vous laisse découvrir ainsi que des contes poétiques, des nouvelles et mes écrivains favoris. Bonne ballade poétique au pays des rimes.
  • Contact

Recherche