Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 20:50

Quand de ton corps normal, tu ne sais trop quoi faire,

Tu cherches ressemblance avec fille très fine,

Vouloir être adorée en partant de ta mère,

Te fait même oublier, cruauté de famine.

 

Tu veux tellement prendre,

Une si pâle image,

De mannequin sans âge,

Que tu ne peux que rendre.

 

Mais à coup de matraque,

Le miroir se déforme,

Le corps devient informe,

Le maquillage craque.

 

Tu maigris à vue d’œil et tu te trouves ronde,

Balance à trente deux et tu deviens camée,

Tu passes du silence à l’intrusion de sonde,

Puis tu manges la mort, tentante et affamée.

 

Repost 0
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 11:38

Goutte de pluie,

Regard glissant,

Mon cœur réjouit,

En s’arrêtant.

 

Mais je ne vois que son visage,

 Qui est si beau, si pur, si sage,

 Mais je ne vois que son visage,

 Jamais le reste ; il est en cage.

 

J’aurais voulu…

 Un sourire esquissé,

 Une robe frôlée,

 Une odeur respirée,

 L’exquise peau goutée.

 

J’aimerais tant…

 Le poids de sa grande âme,

 Sa douce voix qui blâme,

 La taille de son cœur,

 Avait-elle des sœurs ?

 

   Du silence de son visage,

Je ne sais rien d’elle, j’enrage,

Née cent ans trop tôt, quel outrage,

Sur cette toile, en un autre âge.

Repost 0
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 11:58

Enfant,

 

Secondes,

De misère, toutes les 3, un des tiens meurt,

Toc, toc, toc…mais que pouvons nous y faire ?

De faim, toutes les 5, un des tiens meurt,

Toc, toc, toc…mais les subventions à notre terre,

De paludisme, toutes les 30, un des tiens meurt,

Toc, toc, toc…mais pas chez nos pairs.

 

Heures,

Tu en travailles 12 par jour pour quelques centimes,

Toc, toc, toc…Mais il faut bien que Zidane joue l’intime,

Moins de 3 pour égaler les morts des tours jumelles,

Toc, toc, toc…mais ils vivent tous en bas et sans mail.

 

Millions,

Avant 16 ans, 120 vivent dans des rues pas sures,

Toc, toc, toc…mais nos enfants sont Rois,

Avant 14 ans, 250 jouent à travailler très dur,

Toc, toc, toc…mais pas à l’école, ni au jeu de l’oie,

Avant 5 ans, 153 sont trop légers, presque vides,

Toc, toc, toc…mais nos enfants sont anorexiques,

Quelques mois pour l’ampleur d’un génocide,

Toc, toc, toc…mais ils sont si petits, voilà le hic.


Enfants,

Avenir,

Priorité,

Mais que pouvons nous y faire ?

 

Richesses,

L’effet magique de cette misère,

Toc, toc, toc…

C’est qu’avec 3% de la richesse d’une moitié,

Toc, toc, toc…

On double celle de l’autre moitié de l’humanité.

Toc, toc, toc, un enfant meurt de pauvreté toutes les 3 secondes…

Repost 0
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 09:58

Vivant qui dans la mort veux demeurer entier,

Doit penser à l’enfant poussé sur ce sentier,

L’organe, ce sauveur, pourrissant sous la terre,

Pour se croire immortel ; rêve d’un pauvre hère !

 
L’enfant qui n’aurait pour proche compagne,

Que la douleur qui lui vrille la tête,

Mais qui ne veut pas que l’amour le gagne,

Car c’est son cœur qui manquerait la fête.

 

Cœur qui malade, être si gros,

Subit le vent de mort qui souffle,

Un destin sûr et sans tarot,

Quand le désir d’appel s’essouffle.

 

Détruire espoir,

Seul qu’il reste,

Encore un soir,

Sale peste.

 

Enfin,

Peur,

Cœur,

Fin.

 

Repost 0
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 13:46

Tapi n’importe où dans nos habitations, il est impitoyable. Sans peur mais pas sans reproche, il reste imperturbable à nos récriminations et à nos colères ; il trône !

 

Posé, majestueux, il respire le silence tant que le fil le reliant à son sang n’est pas branché ; ceci fait, le simple contact d’un doigt sur son bouton central le fait démarrer…alors, l’homme attend, dans un ronronnement stressant, que le contact se fasse…

Repost 0
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 09:09

Inconnu ou non,

Sachez que dans cette maison,

Il faut payer pour laisser un message,

Sourire ou baiser sage,

Ou bien les provoquer, à votre gré,

Après le bip sonore et sans regret.

Repost 0
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 09:05

Humains nous ne sommes que coquilles vides,

Nous remplissons notre vie par peur du néant.

 

Le travail pour nous sentir utiles,

Les études pour nous estimer intelligents,

Les médailles pour nous croire admirés,

Humains nous ne sommes que coquilles vides,

 

Le groupe pour nous sentir puissants,

La famille pour nous estimer solidaires,

Les bons sentiments pour nous croire généreux,

Humains nous ne sommes que coquilles vides,

 

L’amour pour nous sentir existés,

Les enfants pour nous estimer immortels,

Dieu pour nous croire indestructibles,

Humains nous ne sommes que coquilles vides,

 

Demain, peut-être, ou dans un million d’années,

Apprendrons-nous à être heureux, sans béquilles,

Humain n’es tu que coquille vide ?

 

Repost 0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 09:48

Vous nous dîtes exclusion, je dis devoir d’assistance,

Égoïsme, il faut leur laisser une chance,

Ils ne sont pas comme nous, leurs ancêtres sont nos cousins,

Nous n’avons pas les moyens, eux encore moins.

 

Tu dis on les aide déjà, je comprends ils sont dépendants,

Conflit de civilisation, ils ne sont pas blancs,

Ils profitent de nous, coupons leur les mains,

Les autres font pareils, pourquoi aider son prochain.

 

Tu dis accueillons nos besoins, je traduis vidons leurs savoirs,

Aidons d’abord nos proches, qu’ils aillent se faire voir,

Tu le répètes et je réponds, rappelle toi de l’arche,

Homme, réfléchis, lève toi et marche.

Repost 0
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 10:26

A tes seize ans, Perle, ils t’ont tout promis,

Une digne vie, un toit à Paris,

Fini la misère où froid fait la guerre,

Pour ça, Natacha, tu laisses ta mère.

 

Khalimat, ici, c’est l’argent qui pense,

Tu dois donc encore, augmenter cadence,

En maniant l’aiguille ou bien son talon,

Pense d’abord à nous ; nos besoins, allons !

 

Demain sur trottoir,

Tu seras crachoir,

Et puis tu auras,

Cercueil comme aura.

Repost 0

Présentation

  • : Ballade poétique - Blog de poésie
  • Ballade poétique - Blog de poésie
  • : La poésie est une promesse d’émotions dont je vous propose un aperçu dans mon blog accessible à tous où, en tant que poète amateur passionné, je partage mes créations. Vous y trouverez tout type de poème (classique ou moderne) : sonnet et alexandrin avec ou sans hémistiche, acrostiche, haïku, tanka, ode, triolet, pantoum, poème parodique et d’autres, que je vous laisse découvrir ainsi que des contes poétiques, des nouvelles et mes écrivains favoris. Bonne ballade poétique au pays des rimes.
  • Contact

Recherche