Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 22:23

Blanc comme le flocon, rouge comme le père,

Noël nous tend les bras et chaque enfant espère,

Demain de beaux cadeaux mais au dehors bonhomme,

Est recouvert de neige, un linceul froid en somme.

 

Avec un vif regret, il voit le gui pendant,

Le rire d’un enfant le frappe en un instant,

Il pleure alors l’amour, qui maintenant s'échappe,

Puis tombe sur trottoir, endroit où la mort happe.

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Alexandrins
commenter cet article
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 11:22

Rappelez-vous l’objet que nous vîmes, mon âme,

Déposé près d’un arbre scié,

Dans la douce clarté d’un parfait matin calme,

Une sculpture en dur acier.

 

C’est l’apparition enchanteresse d’ange,

Qui se transforme en un chacal,

Déchiquetant lueur, ce soleil qui dérange,

Dans un silence monacal.

 

Celle que l’on appelle encore la voiture,

Ne se bougera plus jamais,

Derrière son volant trône une belle hure,

Abolissant le verbe aimer.

 

Je ne peux regarder la carcasse sans âme,

De ce beau corps qui fut le tien,

Où le jour nous apporte une lumière infâme,

Vers mes yeux qui ne voient plus rien.

 

Lorsque ma main m’échappe, effleurant ce visage,

Maintenant froid comme cercueil,

Ton regard chaleureux qui restera sans âge,

Implante en moi...l’infini deuil.

 

Repost 0
18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 00:30

Sur la belle terrasse où souffle cette brise,

Un soleil éclatant coule jusqu’à la frise,

Impudique bonjour qui me fait penser elle.

 

Contemplant ce bonheur, j’ouvre nombreuses portes.

 

Infâme retrouvaille, en détruisant mes ailes,

Dans la baignoire blanche, enquête finissant,

Exposée à jamais...dans son bain rouge sang.

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Acrostiches
commenter cet article
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 11:25

    Politique qui prend...caviar quand il faut,
Questionner à fond en recherchant le faux,
Petit nain sans idée ou bien reine flatteuse,
Des discours pas bien chers et personne ne creuse.

Puis le financier montre au public demandeur,
L’image d’entreprise au reflet si trompeur,
Sans penser aux dégâts que cause son mensonge,
Le dépôt de bilan enterrera le songe.

Même dans fait divers, au demeurant petit,
Il rabaisse niveau du voyeur abêti,
Plutôt simplifier et s’éloigner du sobre,
Quitte à travestir fait pour qu’il suscite opprobre.

Alors vient le sportif, champion du métier,
Aveuglé de lumière, un rôle d’égoutier,
Il nettoie le dopage en quelques paraboles,
Pour chaque pauvre riche en grand besoin d’oboles !

Car ce sont médias qui préfèrent passer,
Une riche héritière en train de jacasser,
Politique encensée, maintenant en faillite,
Plutôt que nous donner nourriture d’élite !

 

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Alexandrins
commenter cet article
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 11:57

Vous aviez mon cœur,

Mais où est le vôtre ?

Un cœur contre un cœur,

Quand vous aviez peur !

Je reprends le mien,

Cherchez en un autre,

Je reprends le mien,

Le cœur n’est pas chien !

 

Vous venez vers moi,

Soumise, servante,

Vous venez vers moi,

Tout remplie d'émoi.

Mais qu'avez vous fait,

De fierté d'amante ?

Mais qu'avez vous fait,

De ce doux bienfait ?

 

Vous pouvez pourrir,

En restant amère,

Vous pouvez pourrir,

Avant de mourir.

Etes-vous l'enfant,

Quitté par sa mère ?

Etes-vous l'enfant,

Que rien ne défend ?

 

Quand viendra le jour,

De ma solitude,

Quand viendra le jour,

Liberté toujours,

Je prendrai ce train,

Sa sollicitude,

Je prendrai ce train,

Même avec entrain !

 

Vous venez rêvant,

Forcer mon aorte,

Amour comme avant

Vous venez rêvant...

Alors je vous dis :

"Fermons cette porte."

Alors on vous dit :

"Mort à votre édit !"

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Poèmes parodiques
commenter cet article
21 juin 2014 6 21 /06 /juin /2014 12:44

Dans jardin secret,

Eclatante de silence,

Une fleur si bien aimée.

 

Puis ce puceron,

Nourrit par le temps qui passe,

Qui la transforme en fumier !

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Sedôkas
commenter cet article
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 15:42

Suite à une longue maladie, je me suis éloigné du forum littéraire que j'ai seul crée - Parfum de livre - mais en prenant bien soin de mettre en place une élection annuelle de l'administrateur. Je précise ici que je possédais deux comptes : le compte fondateur (Portouverte) et un compte utilisateur (sousmarin).

Lorsque je suis revenu, Forumactif avait transmis le compte fondateur au premier administrateur élu (Queenie) sans aucune nécessité. Ma demande de récupération du compte, maintenant dénommé LaChose, a été refusé par Queenie. Suite à ma protestation auprès de Zen du forum des forums, Forumactif a refusé de me rendre le compte et a décidé de mettre en place un vote pour savoir qui devait posséder mon forum ! Quelques heures après le début du vote, j'ai été banni par Animal (l'administrateur actuel) puis "dé-banni" quelques jours plus tard suite à ma protestation auprès de Forumactif ; situation ridicule...  

Non seulement, Forumactif n'a rien fait contre l'appropriation de mon forum mais il l'a facilité puis entériné un vote inique et totalement bidon. En effet, depuis plusieurs années, l'équipe en place pousse ceux qui ne partagent pas leurs avis à partir ; méthode qui a été couronné de succès puisque, depuis mon départ, le nombre de membres réguliers stagnent et le flux des nouveaux est faible alors que "Parfum de livres" est très bien référencé sur les mots clés "forum littéraire", "forum littérature" et "forum livre", grâce à moi. Maintenant, suite à de nombreuses querelles dont les fils sont éliminés au fur et à mesure, le forum est devenu un lieu d'échanges stériles où le règlement est appliqué selon le bon vouloir de l'administrateur et de ses modérateurs, qui eux le violent allégrement sans vergogne...  

 

Forumactif a validé les faits suivants :

  • Bannissement définitif du fondateur par une équipe qui n'a même participé à l'élaboration de la structure du forum ; structure qui n'a pas évoluée depuis mon éloignement,
  •  Refus de me transmettre un nouveau forum vide Parfum de livre avec son adresse actuelle alors que je suis le seul créateur de sa structure, de son nom, de son adresse, de toutes les modifications apportées au thème de base et le seul à avoir travaillé à son référencement,
  • Récupération, par Queenie, sous le pseudo de LaChose, de tous mes messages du compte fondateur, ce qui est une violation manifeste du droit d'auteur. Refus de supprimer ses messages ou de me les transmettre sur un nouveau forum,
  •  Insultes répétées, dont plusieurs venant de "modérateurs", à mon égard sur mon forum sans aucune sanction. Ce qui est une violation manifeste du règlement.

 

En conclusion, selon son "bon vouloir", Forumactif peut décider de confier votre forum à qui il veut, sans aucune raison valable et sans suivre ses "propres" règles...

Repost 0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 01:00

Oh, je sens de la tension dans cette pièce, Emma me semble de bien mauvaise humeur, je me demande bien pourquoi…
Mais où sommes nous, beau bureau, lambris et petits maîtres au mur, rien à voir avec la chambre de bonne de Bruno…
Et cette femme, waouh, je comprends l’attitude d’Emma maintenant !
Bas de soie, au crissement je peux vous le dire, soie et pas nylon ; je suis malheureusement situé trop haut pour juger de l’existence ou non d’un porte-jarretelles, désolé.

« Une édition de cette époque en un volume, c’est extraordinaire, j’ai besoin de quelques jours pour l’expertiser mais si elle est vrai, on peut en espérer 8 000 à 10 000 euros  dit-elle, cette belle femme que je ne connais pas. Ah, mais oui, c’est l’expert Maître Coline ! »
Bruno est subjugué, muet avec un regard un peu trop bas pour être décent…Emma, n’en pouvant plus, lui donne un coup de coude, ce qui entraîne sa chute par terre à la suite de quoi Maître Coline, pleine de compassion, se penche vers lui et en le touchant lui demande s’il n’a rien. Conclusion, il se relève encore plus rouge qu’il n’était et bredouille «oui, bon, parfait, d’accord, super, euh…bon !»
Moi, je n’ai rien vu mais à son comportement, je dirais porte-jarretelles…

Emma décide de prendre les choses en mains, si je peux dire, et règle l’affaire en 30 secondes, ils repasseront dans 48 heures pour le résultat de l’expertise. Elle saisit fermement le bras de Bruno, qui affiche quand à lui un sourire parfaitement niais, et ils franchissent tous 2 la porte nous laissant seuls, enfin…

Trop vite dit, voilà un homme qui rentre maintenant, me faudrait un peu de calme, fatigué moi…
- Alors, Mlle Grimaldi, quoi de neuf ce matin ?
- Rien de spécial, Monsieur Coline, une troisième édition linotype fin 19éme d’un livre sans beaucoup d’intérêt, « L'Art de jouir ».
Dès Coline sortit, Grimaldi saisit son téléphone :
- Monsieur Grossous, j’ai vu l’objet, édition en 1 exemplaire en relatif  bon état, vraiment exceptionnel !

- Absolument, 30 000 euros comme prévu, par contre je vois envoie un jeune homme avec qui vous devrez négocier entre 8 000 et 10 000, vous me verserez le complément comme prévu.

- Au revoir, monsieur Grossous, à bientôt - dit-elle en gloussant et en enchaînant sans temps mort, composant un autre numéro.
- Bruno, Mlle Grimaldi, j’ai un client, nous pouvons nous voir demain pour en parler si vous le voulez ?

- Chez moi plutôt, vers 16 heures, vous connaissez l’adresse ?

- A demain, j’ai hâte d’y être - finit-elle d’une voix enjôleuse.


Alors là, j’en reste sur le Mors. Quelle salope ! Voyons, que pourrais-je faire pour contrecarrer son plan diabolique…

 Bon, me voilà chez la Grimaldi, que j’avais prise au début pour Coline, qui était en fait son patron ; tout ça parce ce que je rêvais à l’inventeur de mon contenu…tout le monde a suivi ?
Nous avons peu de temps, Bruno va arriver, mais laissez moi tout de même vous raconter ce qui s’est passé ce matin…
J’ai eu l’occasion de voir un « jouet » extraordinaire, qui accouplé à une petite boîte jouant de la musique, vibre au rythme de cette même musique !
Alors là, je ne vous raconte pas ce que l’héroïne de mon histoire aurait pu faire avec…remarquez, cela aurait réduit singulièrement le nombre de personnages du roman !
On peut dire que la Grimaldi a été assidue à la tache, elle appelle ça son « échauffeur »… je trouve incroyable le temps que fonctionne la petite boîte qu’elle nomme MP3 !
Elle ne sait pas que son répondeur a enregistré une partie de son « échauffement » à cause d’un geste malencontreux de ma part, je suis tombé sur le bouton « Mémo ».
Pourquoi me direz vous… approchez je vais vous le murmurer à l’oreille…
Mais attendez, on sonne à la porte, c’est sûrement Bruno…

Elle a mis le paquet la Grimaldi, déshabillé qui porte bien son nom, ensemble La Perla en soie blanche, bain aux effluves de lavande et d’amandes douces ; sans compter le coiffeur et l’esthéticienne ce matin avant l’échauffement…une journée bien remplie et qui n’est pas finie !
En face, Bruno a l’air bien vulnérable. Pourtant, il a fait un effort visible : pantalon et chemise de bonne qualité, pull en laine vierge, rasé de près.
Voyons un peu la méthode de la Grimaldi pour le dévorer.
Technique de soufflage sur l’oreille en susurrant quelques mots lors du baiser d’accueil sur la joue ! Classique mais efficace …

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Série
commenter cet article
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 00:01

"L'ancre des lecteurs",

Nouveau forum littéraire,

Vous invite ici ! 

 

 

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Haïkus
commenter cet article
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 09:00

Douillettement installé dans ses bras, je me repose le dos lorsque je suis pris, sans ménagement, par une paire de mains froides qui ne me disent rien qui vaille.

« Mme Bovary, mœurs de Province…j’espère que tu n’as pas encore dépensé une fortune dans un vieux livre alors qu’il existe des éditions de poche si pratiques et tellement bon marché ! »

Bruno lui répond en levant les yeux au ciel :

« Ce livre est une première édition, il vaut une fortune et je… »

« D’accord, d’accord et si tu venais m’embrasser plutôt. » l’interrompt Emma en le trainant vers la chambre.

 

Voilà bien un comportement typiquement humain.
Ils vous aiment, vous chérissent, sont près à tout pour que vous soyez à eux puis, un mirage passe, sous la forme d’un jupon ou d’un crapaud, et hop vous n’existez plus !
Puisque c’est comme ça…
« Nom de Dieu ! » s’écrie Bruno.
« Quoi, c’est si bon que ça ! » Lui répond Emma juste avant qu’il ne se précipite vers le radiateur et n’enlève le Bovary de celui-ci.
« Mais comment il a pu tomber sur le radiateur » hurle t-il avant de constater de visu qu’une page a eu le temps de devenir maronnasse.
Bon, pour la bagatelle je repasserai se dit Emma en regardant ses doigts.
« Purée, y avait déjà un grignotage de souris sur 2 pages, sans compter la page de titre arrachée ; maintenant nous avons une page maronnasse… »
« Ce n’est pas grave, minou, on pourrait reprendre notre conversation là où elle s’est arrêtée.» dit-elle en lui caressant, du genou vers l’aine, la cuisse.


« Non, non, je ne le quitte plus de l’œil, d’ailleurs je vais de ce pas chez l’expert, Maître Coline, pour estimer son prix et voir s’il connaît des personnes intéressés, mais je le mettrais sûrement à Drouot ou à Christie's. C’est la seule édition de cette époque en un volume, peut être un exemplaire unique, elle doit valoir une fortune !»
Encore un cupide, faudra faire avec, en tout cas je lui ai rivé son clou à cette gourgandine…

Pourtant, je ne reproche rien aux femmes. D’ailleurs, j’ai, le plus souvent, été lu par des femmes, à ma grande satisfaction car les hommes préfèrent – quelle horreur – plutôt qu’utiliser un marque-pages, corner ces dernières. Ils sont plus distraits également et perdent facilement ce qu’ils ne désirent pas.

Quoique, je me rappelle d’une femme en Inde qui se pâmait en me lisant mais m’a lâchement abandonné lors d’un voyage en dehors de l’enclave du quartier français de Pondichéry.

Nos voyagions en famille, ma lectrice, son mari, son enfant - dangereux personnage qui m’avait déjà arraché une page - et moi.
Après un voyage épuisant, son mari au travail et son enfant entre les mains d’une domestique, ma lectrice assidue m’emmena faire une ballade…
Toute à sa lecture, elle ne vit pas arriver Sneha, une Balmiki (communauté de ramasseurs d’ordures faisant partie de la caste des dalits - plus connue en France sous le nom d’intouchables) mais l’odeur lui fit relever la tête quand elle arriva à son niveau ; elle fut épouvantée de voir les excréments humains s’écouler de la boite en fer blanc, que maintenait Sneha sur sa tête, et qui maculait maintenant son visage! Ma lectrice me lâcha et s’enfuit en courant…
A une distance respectueuse, une porteuse d’eau insulta notre Sneha en lui rappelant qu’elle devait faire du bruit pour prévenir de son passage et ainsi éviter à quiconque de la croiser, elle qui payait ses mauvaises actions passées!
J’ai d’ailleurs appris, en conversant avec un magazine appelé « courrier international », que cette pratique perdurait toujours…

Sneha baissa la tête mais, subrepticement, me fit disparaître dans les plis de son habit. Après être rentrée au village et s’être nourris des restes laissés par les villageois par terre dans deux gamelles identiques - une pour elle, une pour les chiens errants - elle se roula dans un coin et me caressa. La nuit noire et sa méconnaissance du français ne lui permettait pas de me lire mais ce fût néanmoins une nuit très agréable pour moi…
Rapidement elle me vendit pour quelques roupies à un touriste français qui osa s’approcher d’elle mais sa compagnie, empreinte d’un respectueux silence, me toucha…

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Série
commenter cet article

Présentation

  • : Ballade poétique - Blog de poésie
  • Ballade poétique - Blog de poésie
  • : La poésie est une promesse d’émotions dont je vous propose un aperçu dans mon blog accessible à tous où, en tant que poète amateur passionné, je partage mes créations. Vous y trouverez tout type de poème (classique ou moderne) : sonnet et alexandrin avec ou sans hémistiche, acrostiche, haïku, tanka, ode, triolet, pantoum, poème parodique et d’autres, que je vous laisse découvrir ainsi que des contes poétiques, des nouvelles et mes écrivains favoris. Bonne ballade poétique au pays des rimes.
  • Contact

Recherche