Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 20:29

Vous qui cherchez toujours votre prince charmant,

Oubliant de trouver un bon et tendre amant,

Unis vous ne serez qu’en niant l’érotisme,

Salaire réclamé par chantre romantisme.

 

Vision qui est formée à travers nombreux filtres,

O quête de l’élu, vous préparez vos philtres,

Unique époux trouvé, vous fermez le tiroir,

Souvent rêve apparaît que dans votre miroir.

 

Regardez-le vraiment sans y mettre le père,

Explorez ses recoins, cherchez bien sous la terre,

Grattez la carapace au-delà du crapaud,

Allez vraiment au fond sans siffler dans l’appeau.

 

Regardez-le vraiment sans y mettre le fils,

Désirant tellement qu’il soit Aménophis,

Etonnez la nature, en portez pas la peine,

Zappez le petit prince et vous serez la reine.

 

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Acrostiches Alexandrins
commenter cet article
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 20:15

A la levée du corps, qui ne se lève plus,

Pour la dernière fois nous voyons le reclus,

Puis chaque vis entame un bois à enterrer,

Et la cocarde rouge affirme le paraît.

 

Dans le vieux cimetière, ensoleillé mais froid,

Avec cercueil pesant beaucoup plus que son poids,

Notre blessure tance en un éclair glacé,

Lorsqu’il descend au fond avec tout son passé.

 

Nous pleurons doucement pour ne briser ce lien,

Qui reste malgré tout en ce corps qui fut sien,

Dans l’ombre de la mort, en nous un éclair vit ;

Appelé souvenir, il donne son avis.

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Alexandrins
commenter cet article
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 00:01

    Abandonné soudain, au coin du réverbère,

De sa vision d’elle, il se souvient Hubert,

Son œil la dévorait, assoiffé de tendresses,

Elle s’est décidée après quelques caresses.

 

La vie est vraiment douce avec belle maîtresse,

De partager son lit n’est pas la bagatelle,

        Le soir au coin du feu, se blottissant contre elle,

Il ne s’en doute pas mais un homme se dresse.

 

Encore souriante, elle est pleine de hâte,

Et l’emmène avec elle où le chemin se gâte,

Ecrasant une larme, elle ne peut que se taire,

En le laissant tout seul, malgré yeux de cocker.

 

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Alexandrins
commenter cet article
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 11:01

Tel l’edelweiss trônant, sur versant montagneux,

L’homme croit détenir, lui qui n’est que teigneux,

Le contrôle total de tout ce qui l’entoure,

En dressant vers autrui, l’ivoire de sa tour.

 

Mais notre vie oblige, en nous donnant nos cartes,

Sans que nous puissions en parler à Descartes,

De brûler notre mèche et de nous montrer suif,

Nous laissant naviguer sur un fragile esquif.

 

Ne pas se croire roi, donne l’humilité,

Se complaire en pion n’est que fatalité,

Mais que fait notre ami, cet être bien étrange,

    Ce froid qui engourdit et qui jamais ne change ?

 

Il s’installe en vous, apporte des fatigues,

Le refus de la vie et de bien faibles digues,

Dans des lieux très obscurs, nous coulons lentement,

Que pouvons-nous y faire, ayant jamais d’aimant ?

 

Ce mal n’attire pas quiconque sain d’esprit,

Il se nourrit lui-même, il détruit qui est pris,

La spirale lancée et nous prenons la pente,

Route vers l’inconnue, une mort si tentante.

 

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Alexandrins
commenter cet article
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 00:01

Dans le fond du grenier, une malle oubliée,

Contient une photo, jaunie, âgée, pliée,

Le dernier souvenir qu’il nous reste aujourd’hui,

De tant d’espoirs déçus qui sont à rien réduits.

 

En bas un homme est mort, celui qui espérait,

Le retour tant rêvé de sa femme enterrée,

En un temps froid et sombre au tréfonds de l’histoire,

Bien loin de son désir qui débordait d’espoirs.

 

Je descends la photo, maintenant condamnée,

La glisse près de lui, transcendant les années,

Me recueille un instant sur ce destin tragique,

Lorsque l’homme sourit…ne serait-ce qu’un tic ?

 

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Alexandrins
commenter cet article
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 10:56

Ces gens ne rêvent pas, leur belle vie consiste,

A rabaisser tous ceux parmi la longue liste,

Les montrant médiocre à tous les propres yeux,

Qui voient un peu plus loin que ces fourbes pieux.

 

Pourquoi se fatiguer à créer l’avenir,

Alors qu’il est aisé, de détruire, d’haïr,

Aduler par crétins, on naît supérieur,

Mais il faut toutefois supprimer les rieurs.

 

Ce pauvre petit chef quand pouvoir fait défaut,

Se retrouve tout seul, ses amis sont des faux,

Il les maudit bien fort de son manque de chance,

Alors que bien souvent il ne voit que sa panse.

 

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Alexandrins
commenter cet article
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 10:02

Près d’une rivière, un vieux moulin usé,

Remonte vers le ciel comme impudique sire,

Qui replonge toujours, en se croyant rusé,

Dans le liquide noir qui le condamne au pire.

 

Un bien triste spectacle où cette eau qui chuchote,

Est face au vieux moulin en étant poursuivie,

Tournant souvent en vain, il attend Don Quichotte,

Lui qui passe sous l’eau, la moitié de sa vie.

 

Il tournera toujours dans ses rêves de gloire,

Où il aurait sa chance à la prochaine houle,

Pour remonter enfin vers un ciel en quoi croire,

Dans le lent bruissement du ruisseau qui le coule.

 

 

 

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Alexandrins
commenter cet article
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 11:54

Espoirs d’amours déçus, qui nous laissent hagard,

Ou la belle inconnue, effleurant du regard,

Et cette main tendue, où l’on n’a pas cru voir,

Ces bonheurs entrevus, sans jamais les avoir.

 

Peut être que demain, goûtant cette saveur,

De l’horizon alors, nous n’aurons jamais peur,

Mais si notre chemin ne va pas à Capri,

Amer, nous pleurerons, tous ces appels non pris.

 

Repost 0
Published by Sousmarin - dans Alexandrins
commenter cet article
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 10:23

    Ingénue à croquer, nombreuses fois violée,

    Résultat du blocus, du tyran qui affame ?

    Attentats répétés et invasion alliée,

    Karma si déplorable, où gardes-tu ton âme ?

 

 

 

Repost 0
Published by sousmarin - dans Acrostiches Alexandrins
commenter cet article
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 07:48

Pendant toute la nuit, patiente, tapie,

Tu voles mon sommeil, agissant comme pie,

Doucement tout me lâche, un corps que j’aimais tant,

N’en peut plus de souffrir, son besoin est latent.

 

Répétant tes assauts, tu fais sauter ma digue,

Sans jamais ressentir une moindre fatigue,

En attaquant en force, en me poussant à bout,

Comme animal sadique et sans aucun tabou.

 

A l’aube, m'encerclant, buse toujours présente,

Ton existence en moi devient évanescente,

Dormir quelques instants, pour reprendre couleur,

Avant de succomber, encore, à la douleur !

 

Repost 0
Published by sousmarin - dans Alexandrins
commenter cet article

Présentation

  • : Ballade poétique - Blog de poésie
  • Ballade poétique - Blog de poésie
  • : La poésie est une promesse d’émotions dont je vous propose un aperçu dans mon blog accessible à tous où, en tant que poète amateur passionné, je partage mes créations. Vous y trouverez tout type de poème (classique ou moderne) : sonnet et alexandrin avec ou sans hémistiche, acrostiche, haïku, tanka, ode, triolet, pantoum, poème parodique et d’autres, que je vous laisse découvrir ainsi que des contes poétiques, des nouvelles et mes écrivains favoris. Bonne ballade poétique au pays des rimes.
  • Contact

Recherche