Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Les voisins de la molaire du Dr Ron Stenback

Dans le creux de la gencive, se tapit une menace, la voisine de la molaire…la sagesse. Si vous n’y prenez garde, elle surgit et vous basculez dans une autre dimension…la douleur !
Le docteur Ron Stenback a une politique, dans le doute on arrache et il doute souvent…malheureusement il est imperméable à la sagesse et ne la voit pas, du coup les patients repartent sans pouvoir mordre mais avec leurs sagesses douloureuses…

Dans ce roman, vous ne verrez que des sagesses douloureuses et saignantes. Imaginez une brusque poussée de sagesse dans le bureau d’un ministre ou lors d’un conseil d’administration…
La tension atteint son comble quand, lors d’une journée mémorable, un témoin digne de foi, certes un peu ivre, nous narre DEUX poussées de sagesse le même jour dans le bureau ovale de la maison blanche !!!

Si vous ouvrez ce livre, blanche sera aussi la nuit, vous ne pourrez échapper à l’emprise de ces puissants voisins…ils sont là, ils attendent leur heure…la sagesse n’est qu’une de leurs caractéristiques…l’accompagne l’attente, le blanc et la peur…
Rester dedans et vous vivrez sagement terrorisés.

 

 

Les ricins de ma grand-mère de Jane Stoenberg

L’inestimable et pourtant méconnue Jane Stoenberg nous livre là une vision de l’enfance. Le ricin symbolisant les vertus purgatives d’une certaine éducation et les difficultés à l’avaler…mais les vrais ricins se sont nos deux héros, Mélanie et Bruno Ricins, orphelins, élevés par leur grand-mère maternelle.
Quand cette dernière est très énervée, elle les appelle ainsi « les Ricins »…parfois « les graines de Ricins ».

Ils rigolent mais ça leur fait mal et dés que la grand-mère tourne les talons, Mélanie l’aînée prend souvent son petit frère dans ses bras et lui caresse les cheveux pendant qu’il pleure.
Mélanie, la dure à cuir, la protectrice, pleure elle aussi…en silence, toute seule dans sa chambre.
Ce roman n’est pas une histoire triste, c’est un combat ! Celle d’une petite fille qui grandira vite, trop vite peut être…
Ce combat est d’abord celui des émotions, violentes, contradictoires et de notre capacité à les assumer, à les gérer…

Ce Livre n’est pas autobiographique, Jane Stoenberg a 45 ans, vit à Stockholm et a toujours ses parents. Ceci est son douzième roman mais son premier publié…

 

 

Naufragée de l'amour de Béatrice Cartland

La tempête fait rage dans le cœur de Causette, la petite blanchisseuse de la rue St Supplice, follement amoureuse de l’archiduc Renafootd’l…qui ne la voit jamais, vu que c’est son valet qui porte son linge. Un jour néanmoins, le pied du valet se foula et l’archiduc vit la naufragée de son cœur…il en fut immédiatement épris mais le malheur voulu que la vision de Causette détruisit cet amour naissant !

En effet, la première fois où  l’archiduc Renafootd’l entra dans la blanchisserie, il la trouva sale et crasseuse puis lui apparu l’image idyllique de la femme idéale, celle qu’il cherchait partout, désespérément…

Quand il se réveilla, car il ne s’était pas méfié de la bassesse des portes d’entrée des maisons qui ne sont pas des palais, son regard se posa sur Causette. Horrifié par la différence  entre celle qu’il avait cru voir et celle qu’il voyait, il se creva les yeux pour vivre une histoire "d’amour" avec son rêve.

Le prince Jarivatan qui passait par là, suite à une bienheureuse roue de carrosse défectueuse, la sauva alors des instincts de Renafootd’l.

L’Amour triomphe de tout, même des yeux…

 

Extrait :

« Que ce chemin est boueux » dit l’archiduc Renafootd’l en maudissant les pieds fragiles des valets et la cupidité des autres domestiques qui l’oblige à se rendre en personne à cette bien petite blanchisserie.

Lorsqu’il vit la bâtisse, il fut horrifié de cette extrême petitesse et ne put concevoir que des êtres humains puissent y vivre. Se pinçant le nez il entre tout de même mais, ne se courbant pas assez, heurte le haut de la porte et sombre immédiatement dans son inconscient.

Il vit alors une grande dame blanche qui le toisa et lui ordonna d’aimer la première personne qui ses yeux rencontreront…il accepte docilement et, se réveillant alors, vit Causette…

 

Les critiques :

•        En le privant de ses yeux, Cartland a muselé  le loup ! Avec le triomphe de l’Amour toujours au rendez-vous, en verre et contre les yeux !

•        Les yeux de Cartland ressemblent bigrement à une castration mais où nous emmène t-elle donc encore ?

•        Cartland, encore une fois, nous parle dans le blanc…des yeux !

•        Un nettoyage de notre inconscient par Barbara Cartland !

•        Encore un grand succès de Cartland, qui nous nettoie les yeux !

 

 

Sévices compris de Teilhard de Chardin

Alter ego de la célèbre Justine du non moins célèbre marquis, Bouchencœur, l’héroïne de ce roman qui se passe au 23éme siècle, fait son service sexuel de 16 mois, obligatoire pour les 2 sexes depuis 2105, cyniquement dénommé Sévices compris par les appelés…
A l’issue de ce « sévices », Justine est devenue Juliette et les usagers du service qui ont profité d’elle vont le payer très cher.
Le sang coule…

Après de nombreuses péripéties, 22 meurtres et le franchissement de nombreuses frontières, dans tous les sens du terme, Bouchencœur trouve son prince charmant dans un minuscule pays le Grand Duché de Sauvelivre et sera couronnée Grande Duchesse…

Son premier décret sera de proclamer le sexe illégal sauf pour les couples ne pouvant pas avoir d’enfants par insémination artificielle !
Décret qui ne sera jamais implanté dans le cerveau de ses sujets (on ne publie plus à cette époque, on implante…), suite à sa rencontre avec le pape, l’apôtre mondial du sexe libre, qui vient de prendre sa douzième concubine…

Ce livre vous apportera du sexe mais aussi du sexe violent, du sexe sanglant, du sexe presque tendre et du sexe sexuel…

L’auteur a proclamé que si le président Bush avait lu ce livre en mangeant son Bretzel, la guerre d’Irak n’aurait pas eu lieu…

 

 

La fin des haricots, de Cémois Legrand

La comparaison entre les mythes des haricots : Le rouge qui se prétend plus fort, le vert plus écologique, le « à rame » plus grand penseur, le blanc plus pur. Tout cela aboutit à des différences de plus en plus grandes que tous les haricots s’appliquent à creuser, comme si une nécessité métaphysique les contraignait à le faire.

Tel est le thème de ce livre, nous prenons la voie de la fin de tous les haricots si nous ne réagissons pas à ce refus des salades!
La recette est simple, commencer par la salade duo, avec des goûts similaires mais des couleurs tranchées, puis épicer suivant les pays tout en gardant son patrimoine génétique.
Par la suite, tenter une variation des goûts et des couleurs plus larges et que chacun arrête avec ses interdits personnels (comme les doigts pour le haricot blanc par exemple).

Legrand nous montre comment certains haricots ont acceptés certains dissemblables et même parfois des non haricots. Il développe à ce moment là, sa célèbre théorie de l’emprunt !

L’ouverture à l’autre et le « soyons mangés ensemble » résonnera encore longtemps parmi ses lecteurs une fois le livre fini…dans le cas contraire, les tomates nous remplacerons et se sera la fin des haricots !

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Ballade poétique - Blog de poésie
  • Ballade poétique - Blog de poésie
  • : La poésie est une promesse d’émotions dont je vous propose un aperçu dans mon blog accessible à tous où, en tant que poète amateur passionné, je partage mes créations. Vous y trouverez tout type de poème (classique ou moderne) : sonnet et alexandrin avec ou sans hémistiche, acrostiche, haïku, tanka, ode, triolet, pantoum, poème parodique et d’autres, que je vous laisse découvrir ainsi que des contes poétiques, des nouvelles et mes écrivains favoris. Bonne ballade poétique au pays des rimes.
  • Contact

Recherche